Questions critiques autour de la « question du voile »

Qu’on détache l’un de ces prisonniers, qu’on le force à se dresser immédiatement […]

Platon, Allégorie de la caverne

« Depuis 4 heures on ne parle que du voile mais le mot n’est pas dans la loi ». S’il avait fallu démontrer le caractère islamophobe de la loi adoptée par le Sénat le 29 octobre, cette remarque de la sénatrice Esther Benbassa suffirait. Mais nul besoin de démonstration. Sans vergogne, au lendemain d’un attentat xénophobe, après des semaines de battage médiatique où le ministre de l’éducation nationale a eu sa part, le débat sur la proposition de loi déposée par les Républicains a plongé à de nombreuses reprises dans le caniveau xénophobe. La loi adoptée par le Sénat ne répond pourtant à aucune urgence ni même aucune demande des enseignants ou des directeurs d’école. Si elle était confirmée, elle ne ferait que compliquer leur tâche.

François Jarraud, Le Sénat adopte la loi interdisant les signes religieux aux accompagnatrices, in Le Café pédagogique, 30 octobre 2019 [1]

*************

De qui, de quoi, « le voile musulman » est-il l’étendard ? Que cache-t-il, que montre-t-il ? Ceux qui avancent voilés ne sont pas forcément celles que l’on croit…

Ceux qui veulent « conduire les conduites », comme le disait Michel Foucault, dirigeant ici le corps des femmes et imposant son dévoilement, cherchent à garder le pouvoir et asseoir leur domination en agitant « le chiffon rouge » : Le pouvoir, au fond, est moins de l’ordre de l’affrontement entre deux adversaires, ou de l’engagement de l’un à l’égard de l’autre, que de l’ordre du gouvernement (Foucault, 2001).

Pour essayer de « penser un peu par soi-même » dans ce brouhaha politico-médiatique, pour aider à la nécessaire distanciation réflexive d’avec cette actualité brûlante [2], je me suis essayé à lister les questions qui me semblent pouvoir interroger cette « question » de manière plus froide.

Certes, poser des questions, surtout « orientées » comme celles-là, c’est déjà commencer à donner son avis, mais il faut bien reconnaître qu’on ne nous les pose jamais.

Cette petite contribution a vocation à évoluer et s’enrichir et ne prétend d’aucune manière à traiter de manière approfondie une telle thématique ; pour cela se référer à la bibliographie sélective et critique.

Des questions d’un point de vue philosophique et éthique

  • Et si le voile islamique masquait davantage la vue de celui qui le regarde que de celle qui le porte ? [3]
  • Le « dévoilement », un enjeu de visibilité et d’invisibilité davantage qu’une question de laïcité et de féminisme ? [4]

Le 13 mai 1958 à Alger, place du Gouvernement, des femmes musulmanes sont exhibées sur un podium pour y brûler leur voile en signe d’émancipation. Organisée par le Mouvement de solidarité féminine, une association caritative fondée par Mme Raoul Salan, l’épouse du commandant des forces armées françaises d’Algérie, cette mise en scène s’inscrit dans une cérémonie plus large de célébration de la tutelle française, alors vacillante. Dans un article publié par Résistance algérienne, Frantz Fanon décrit l’opération et raconte qu’en réaction, de nombreuses Algériennes, dévoilées depuis longtemps, reprennent alors le voile, « affirmant ainsi qu’il n’est pas vrai que la femme se libère sur l’invitation de la France et du général de Gaulle » (Pierre Tevanian, 2019) [5]

  • Entre assimilation, intégration, assignation, essentialisation, stigmatisation et émancipation, quelles sont les valeurs que vous cherchez à promouvoir ? [6]
  • Peut-on libérer par la contrainte ? [7]
  • La « laïcité » comme technique de la discipline et du contrôle par l’Etat ? [8]
  • Peut-on réellement gouverner les consciences et les comportements ? [9]
  • L’action publique consiste-t-elle à interdire par la loi plutôt que de créer les conditions du bien commun et de la concorde ?
  • Qu’en disent les premières concernées ? [10]
  • Les femmes seraient-elles absolument instrumentalisées par les hommes (et les femmes) que ce soit par ceux qui leur imposent le voile ou par ceux qui veulent leur ôter (une sorte de paternalisme infantilisant en miroir) ?
  • Quels sont les arts de la résistance qui permettent de supporter la domination ?[11]
  • Montrer ou cacher le corps des femmes, une question d’hommes, une affaire de religion ?
  • Faire disparaître un signe d’oppression fait-il disparaître l’oppression elle-même ?

Des questions d’un point de vue moral et juridique

  • La femme voilée telle qu’on la fantasme existe-t-elle ? [12]
  • Quoi que l’on raccroche à la question du « voile », ou du « foulard », cela reste un comportement vestimentaire… Est-ce réellement un « sujet » dont on doit débattre ? [13]
  • Dans quels plis du voile se cachent la xénophobie, l’islamophobie et les cadavres de l’histoire coloniale ? [14]
  • N’allons-nous pas vers la construction d’un régime juridique d’exception par rapport à l’islam comme une persistance contemporaine des modes de gouvernance d’inspiration coloniale ? [15]
  • D’un point de vue de l’efficacité de « l’action publique » la prohibition a-t-elle un effet « bénéfique », au sens du « bien commun » ? [16]
  • Quelle est la part « structurelle » de ce débat (le long terme) ?

Des questions d’un point de vue politique

  • Quel est le contexte de ce débat (le moyen terme) ?
  • Quelle est la part conjoncturelle de ce débat (le court terme), c’est-à-dire potentiellement profitable à certains ?
  • En d’autres termes, qui a besoin d’une loi ? A qui profitent la loi et le débat qui l’accompagne ?
  • D’où est partie cette « énième » polémique ? Quel événement fabriqué et/ou amplifié en est à l’origine et qui en sont les relais ? [17]
  • Quels sont les autres sujets politiques occultés par cette « question » et dont devraient selon vous s’occuper nos dirigeants ?
  • Quelle hiérarchie faites-vous parmi ces sujets ?
  • Autrement dit, quelle est la fonction de « fait-diversion » [18] de cette thématique récurrente dans l’univers médiatique et politique ?

Pour finir, une question de prudence

  • Le fait qu’une question soit clivante ne doit-il pas faire craindre de la trancher ?[19]

*************

Bruno Nassim Aboudrar évoque les cérémonies de « dévoilement » organisés par les femmes des généraux putschistes en Algérie en mai 1958 :

Les épouses des généraux Massu et Salan prennent alors la tête d’un comité de solidarité féminine qui organise des actions de charité en faveur des familles les plus démunies, des « cercles » de sensibilisation à l’hygiène et au soin des enfants, ainsi qu’une intense propagande pour l’Algérie française. Dans ce contexte, le 13 mai, Lucienne Salan préside à une cérémonie sur la place du Forum d’Alger, au cours de laquelle des musulmanes, la plupart recrutées dans cette classe indigente qui bénéficie de la solidarité soudaine des colons, d’autres parmi les domestiques des organisatrices, ôtent puis brûlent solennellement leur voile. Dans les jours qui suivent, de telles ordalies républicaines ont lieu à Oran et à Philippeville. A ce stade, le tribut exigé des indigènes pour intégrer enfin une communauté nationale d’autant mieux rêvée qu’elle est compromise est plus que le simple renoncement à une coutume vestimentaires qui n’a cessé d’exaspérer : c’est une abjuration spectaculaire, avec un rituel de purification par le feu, païen ou religieux, peu importe, en tout cas exalté. Il est probable qu’il se soit trouvé des volontaires convaincues pour participer à ces fêtes ; probable, également, que le journal du FLN n’ait pas tort quand il décrit la manifestation : « (…) en fait une vingtaine de femmes voilées sont venues, amenées de force par les militaires ou leurs maris ‘anciens combattants’ bornés qui obéissent aux ordres. (…) ». (…) Ainsi, les dévoilements de mai 1958 en Algérie ne sont-ils qu’en apparence affaires de femmes. Agentes et sujettes exécutent une partition écrite par des hommes, et dont la fin n’est évidemment pas l’improbable émancipation des musulmanes, mais bien, par le truchement de celles-ci, la soumission des Arabes, ou ce que Soustelle, à l’époque, appelle leur « assimilation ». Une fin politique dont l’enjeu n’est rien de moins que la nation française dans son expression territoriale d’empire, mais qui se fait passer, sur un mode mineur, féminin, pour une fin sociale (Aboudrar, 2014).

Bibliographie critique

  • Aboudrar Bruno-Nassim, Comment le voile est devenu musulman, Flammarion, 2014.
  • Beaugé Julien, « Stigmatisation et rédemption. Le port du voile comme « épreuve » », Politix, 2015/3 (n° 111), p. 153-174. URL : https://www.cairn.info/revue-politix-2015-3-page-153.htm
  • Beaugé Julien, La force d’une institution disqualifiée. Les logiques sociales du voilement des musulmanes en France, thèse de science politique, Université de Picardie, 2013.
  • Becker Howard S., Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 2012 [1re éd. 1963].
  • Bouamama Saïd, Causes et effets d’une rentrée aux senteurs islamophobes. Le discours sur la menace « fondamentaliste », 12 septembre 2019, sur « Le blog de Saïd Bouamama », https://bouamamas.wordpress.com
  • Bouamama Saïd, L’affaire du foulard islamique. La production d’un racisme respectable, Paris, Le Geai Bleu, 2004.
  • Deltombe Thomas, L’Islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie, 1975-2005, La Découverte, 2005.
  • Elias Norbert, Scotson John L., Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997 [1re éd. 1965].
  • Firar Zhor, Le « dévoilement » des femmes, une longue histoire française, Magazine contre-attaque(s), mars 2016 (en ligne) http://contre-attaques.org/magazine/article/le-devoilement
  • Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir», texte n°306, in Dits et écrits (1954-1988), tome IV : 1980-1988, Collection Quarto, Gallimard, 2001.
  • Goffman Erving, Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975 [1re éd. 1963].
  • Hajjat Abdellali et Mohammed Marwan, Islamophobie – Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », La Découverte, 2013.
  • Noiriel Gérard, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007.
  • Scott Joan W., Cette étrange obsession française pour le voile, 27 avril 2016 https://orientxxi.info/magazine/cette-etrange-obsession-francaise-pour-le-voile,1309
  • Scott Joan W., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 [1re éd. 1992], p. 19.
  • Scott Joan W., La Politique du voile, Traduit de l’anglais par Idith Fontaine et Joëlle Marelli, Éditions Amsterdam, 2017.
  • Segré Ivan, La religion, la xénophobie et la question sociale. Ou les conquêtes de l’idéologie bourgeoise, paru dans lundimatin#173, le 7 janvier 2019. En ligne : https://lundi.am/La-religion-la-xenophobie-et-la-question-sociale
  • Tevanian Pierre, Dévoilements. Du hijab à la burqa : les dessous d’une obsession française, Editions Libertalia, 2019, 160 pages.
  • Zerouala Faïza « Des voix derrière le voile », Premier Parallèle, Collection : Hors collection, 2015, 258 pages.

Télécharger l’article : Questions autour de la question du voile 2019

*************

[1] http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/10/30102019Article637080025340173004.aspx

[2] Cf. le billet de Saïd Bouamama, Causes et effets d’une rentrée aux senteurs islamophobes. Le discours sur la menace « fondamentaliste » sur son blog https://bouamamas.wordpress.com/2019/09/12/causes-et-effets-dune-rentree-aux-senteurs-islamophobes-le-discours-sur-la-menace-fondamentaliste/

[3] Pour paraphraser l’article « Le voile islamique est un fossile vivant qui se porte comme un charme », Raphaël Kempf, in Jef Klak, 7 février 2016. En ligne : https://www.jefklak.org/le-voile-islamique-est-un-fossile-vivant-qui-se-porte-comme-un-charme/

[4] Bruno Nassim Aboudrar, 2014

[5] Pierre Tévanian, Dévoilements – Du hijab au burkini : les dessous d’une obsession française, LMSI, 19 octobre 2019. En ligne : http://lmsi.net/Du-hijab-au-burkini-les-dessous-d-une-obsession-francaise

[6] Nous sommes ici en présence d’un idéaltype de la logique essentialiste. (Bouamama, 2019)

[7] Vous avez 4 heures et n’avez pas le droit d’utiliser la citation de Platon !

[8] «La “nouvelle laïcité” est une technique disciplinaire », Aude Rabillon et Raphaël Kempf, in Jef Klak, 25 août 2014. En ligne : https://www.jefklak.org/la-laicite-est-une-technique-de-discipline

[9] cf. Michel Foucault et « la conduite des conduites », L’exercice du pouvoir consiste à «conduire des conduites» et à aménager la probabilité. Le pouvoir, au fond, est moins de l’ordre de l’affrontement entre deux adversaires, ou de l’engagement de l’un à l’égard de l’autre, que de l’ordre du «gouvernement».

[10] Quid des « humiliations privées », pour reprendre un partie du sous-titre de l’ouvrage de G. Noiriel, 2007 ?

[11] Scott 1992

[12] Au même titre que les « musulmans imaginaires » ? Les musulmans imaginaires de l’Institut Montaigne, https://blogs.mediapart.fr/melusine-2/blog/081116/les-musulmans-imaginaires-de-l-institut-montaigne

[13] Cf. le très intéressant regard « extérieur » de l’historienne américaine Joan W. Scott sur cette question très française

[14] Cf. Saïd Bouamama et les postcolonial studies

[15] Pour reprendre les termes d’Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed, 2014

[16] A comparer à d’autres politiques de prohibition dans l’histoire…

[17] Pour ces quatre points on rappellera « l’appel d’Emmanuel Macron pour une ‘’société de vigilance’’, l’injonction d’un élu Rassemblement national (RN) à une mère accompagnatrice de retirer son voile jusqu’aux paroles du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, estimant que le voile n’était pas « souhaitable dans la société ». Le Monde, « Histoires de voiles, des femmes témoignent », 28 octobre 2019

[18] Pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu

[19] Pour peu que l’on cherche à « vivre ensemble »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s